Faire du hash CBD

Comment fabriquer du hash de CBD ?

Si vous avez l’habitude de consommer du CBD, vous avez dû remarquer que vous pouvez le retrouver sous différentes formes.

Ainsi, vous pouvez le trouver en fleur, mais aussi en huile ou en résine, que l’on peut retrouver sous différents noms, comme hash CBD ou shit CBD.

Ce produit est l’un des articles les plus achetés sur les sites de CBD. Mais pourquoi autant d’engouement autour de ce produit ? Comment est-il fabriqué et peut-on le faire soi-même ?

C’est ce que nous allons voir ensemble aujourd’hui dans cet article de blog.

Qu’est-ce que le haschich CBD ?

Le hash est en fait un extrait de cannabis, que l’on a obtenu suite à un procédé bien précis, utilisé dans le but de séparer les trichomes du reste de la matière végétale.

Les trichomes, ce sont les petites glandes résineuses que l’on peut apercevoir sur les fleurs, et qui donnent la couleur caramélisée à la tête, indiquant que cette dernière est prête à être récolter.

Ce sont donc de minuscules cristaux qui contiennent les cannabinoïdes, tels que le THC ou le CBD ainsi que les terpènes, qui sont eux responsables des arômes si distinctifs du plant de cannabis.

Il existe de nombreuses méthodes pour préparer du hash.

Les différentes méthodes d’extractions du cannabis

Concrètement, il existe deux manières d’extraire du pollen et d’en faire de la résine.

Il existe la méthode qui utilise des solvants, et l’autre méthode qui n’en utilise pas. Découvrons un peu plus en détail ces deux techniques :

Méthode sans solvant

C’est une des méthodes la plus “safe” car elle n’utilise aucun solvant, qui peuvent alors se retrouver dans la résine, et donc être absorbés par le consommateur.

Alors pour extraire les trichomes, cette méthode privilégie des moyens mécaniques. Pour se faire, le fabricant utilise simplement les fleurs de cannabis séchées et les frotte sur un tamis pour en séparer les trichomes.

Après avoir transformé les trichomes en un tas de pollen, que l’on appelle également kief, il suffit ensuite de les récolter et de les placer dans des moules. Ensuite, il ne reste plus qu’à les faire chauffer, puis de les presser pour leur faire prendre la forme de blocs, de sphères ou de barre, en fonction de vos envies.

Méthode à base de solvants

Ce type de méthode est plus moderne, et demande moins de manipulation, ce qui est un gain de temps considérable. Ce processus utilise le plus souvent du butane, du propane ou du CO₂, qui sont utilisés pour extraire les trichomes du reste de la plante.

Bien entendu, avant de vendre le hash, ce dernier est purgé dans le but de faire disparaître les solvants.

Mais ces méthodes demandent un certain savoir-faire, en plus d’avoir du matériel spécifique pour faire une extraction en toute sécurité, qu’il est fortement déconseillé d’utiliser ce type de méthode à domicile.

récolte de résine CBD

Comment faire de la résine maison ?

Là aussi, il existe des méthodes diverses et variées pour fabriquer son propre hash.

Bien entendu, ici il s’agira de créer son hash au CBD, et non au THC, car cette molécule est considérée comme stupéfiante dans de nombreux pays, dont la France.

Ainsi, voici 5 méthodes pour arriver à faire de la résine CBD de qualité :

Le hash aux doigts

C’est l’un des moyens les plus basiques pour faire de la résine CBD maison. Ce procédé résulte souvent d’une manipulation de fleurs CBD en quantité, laissant quelques trichomes sur les mains du manipulateur.

En effet, en manipulant des têtes, la résine et donc les trichomes peuvent restés collés sur la peau, et donc vous pouvez voir vos paumes de mains devenir verdâtres.

Et pour récolter ces nombreux trichomes collés sur vous, il suffit de frotter vos mains ou vos doigts entre eux. La pression du frottement des doigts, combinée avec la chaleur corporelle des mains, peut produire un hash CBD, mais qui ne sera pas de première qualité.

En effet, en vous frottant les mains pour récolter la résine, cette dernière va se mêler à la poussière, la sueur et la graisse de vos mains, et le hash récolté sera alors de basse qualité.

Le hash au mixeur

Il faut savoir une chose : les trichomes, ces petites glandes collantes, ne flottent pas dans l’eau.

En sachant ça, une méthode a été inventée pour les récupérer en les séparant du reste des fleurs.

Pour cela, il vous faudra placer vos têtes de CBD, dans un mixeur, accompagné d’eau et de glaçons.

Les glaçons vont servir à refroidir les trichomes, ce qui permet de mieux les séparer du reste de la fleur.

Le mixeur, suivant la vitesse utilisée, va, grâce à la force du mouvement, séparer les trichomes de la plante, et ces derniers vont donc retomber au fond du mixeur. Pensez à l’éteindre avant d’y plonger votre main pour récupérer les trichomes !

Ensuite, il ne reste plus qu’à filtrer le tout dans un pot avec un tamis assez fin, afin d’éliminer les matières végétales tout en laissant passer les petits trichomes.

Il ne vous reste plus qu’à laisser reposer le mélange eau/trichomes pendant environ 30 minutes. Vous verrez alors qu’une couche de trichomes se sera formée au fond du pot.

Ensuite, il vous faudra vider les 2/3 de l’eau en faisant attention à ne pas y aller trop fort, afin que les trichomes restent bien au fond du pot.

Pour finir, le pot doit être placé au freezer pendant 10 minutes, avant d’être filtré à nouveau, et cette fois-ci, vous pouvez utiliser un filtre à café.

Ainsi, vous aurez récupéré les trichomes, et vous il ne vous restera plus qu’à les laisser sécher puis de presser le tout pour en faire de petits blocs.

C’est une méthode plus efficace que celle précédemment abordée, même si elle n’est pas parfaite car certains résidus végétaux peuvent demeurer.

Le hash à l’écran de soie

Comme son nom l’indique, cette méthode d’extraction implique de filtrer les trichomes à travers un écran de soie.

Pour cela, on commence par broyer les têtes de CBD, puis de les placer sur l’écran de soie et agiter le tout délicatement afin de décomposer les trichomes et les laisser tomber sur la surface en-dessous.

Petit conseil de Kilogrammes :

Utiliser une surface sombre pour ce type de méthode, car les trichomes seront alors plus facilement visibles à l’œil nu, et donc cela facilitera la récolte.

Ainsi, vous aurez du bon pollen, sans avoir utiliser de produit chimique. Vous pouvez utiliser des écrans de soie avec des mailles de plus en plus fines, en faisant des repasses. Cela vous permettra de raffiner la pureté et la qualité de votre hash.

Du hach au tambour mécanique

C’est la méthode la plus simple des 5 autres techniques que nous vous présentons.

Ce tambour mécanique remplit les mêmes fonctions que la méthode à écran de soie, mais comme ce dernier est totalement automatisé, vous pouvez traiter plusieurs plants à la chaîne.

Pour cette méthode, il vous faut placer la matière végétale à l’intérieur du tambour mécanique, de l’allumer et de laisser faire le travail.

En effet, quand il est mis en route, le tambour tourne, agite le cannabis et permet aux trichomes de tomber à travers les écrans fins qui sont à l’intérieur du tambour.

Après quelques heures, il n’y a plus qu’à l’éteindre et à collecter le résultat. C’est une méthode sûre, rapide et qui demande peu d’effort.

Le bubble hash

Cette méthode permet d’avoir un hash de grande qualité, meilleur que les autres hash issus des autres techniques d’extraction.

Ce savoir-faire combine toutes les méthodes précédentes, et en tire le meilleur de chacune.

Ainsi, pour commencer, munissez-vous d’un seau d’eau et de glace. La matière végétale ainsi que les trichomes sont filtrés à travers une série de sacs filtrants, qui possèdent des mailles différentes, allant des plus “grosses” aux plus fines, ce qui donne un produit fini extrêmement pur.

Et comme la méthode du tambour mécanique, la méthode bubble hash est possible d’être automatisée.

Comment presser le kief soi-même ?

Parmi les 5 méthodes présentées, certaines ne permettent pas d’avoir de la résine compacte, mais seulement du kief.

Il existe alors deux manières possibles pour transformer le kief en des blocs de hash.

La première demande seulement de la force physique.

Pour cela, il vous faut placer votre kief fraîchement obtenu dans un pressoir à kief et pressez le tout pour obtenir un bon bloc bien compact.

Si vous n’avez pas cette fameuse presse à kief, vous pouvez aussi enrouler ce dernier dans du papier cuisson et le presser fermement avec vos doigts.

La deuxième méthode consiste à presser du kief, mais en utilisant la force et la chaleur. C’est un procédé qui demande un peu plus de temps, et en voici les étapes :

  1. Le kief est enroulé dans du cellophane afin de créer un petit paquet ferme, bien serré et surtout étanche.
  2. Ensuite, le package de cellophane doit être enroulé dans du papier journal mouillé.
  3. Il ne vous reste plus qu’à le placer dans un four préalablement préchauffé à 160° pendant 10 minutes
  4. Il faudra ensuite enlever le paquet du four et le placer sur un dessous de plat.
  5. Afin de lui donner une jolie forme, vous pouvez le rouler entre vos doigts, de façon à lui donner une forme de “saucisse”.
  6. Pour finir, il vous faudra mouiller l’intégralité du paquet avec de l’eau chaude et le ré-enfourner pendant 10 minutes.

Ce procédé peut être répété de multiple fois afin de créer un hash plus doux et de meilleure qualité.

N’oubliez pas de placer votre hash au réfrigérateur à la fin de ce procédé, afin qu’il se durcisse.

Conclusion

Voici le petit guide, étape par étape, sur “Comment faire du hash CBD maison ?”

Bien entendu, toutes les méthodes que nous vous avons proposées ont chacune leurs avantages et leurs inconvénients.

À vous de voir celle qui vous paraît la mieux adaptée à vos compétences et votre matériel.

Bonne dégustation de hash CBD !

Faire du lait au CBD

Faire du lait au CBD

Le lait, un des ingrédients phare que tout bon cuisinier se doit d’avoir dans son garde-manger. Le plus commun reste le lait de vache, mais

Lire la suite