⚠️ Toutes les commandes contenant des produits en précommande seront expédiées dans une dizaine de jours. ⚠️

trichomes

Zoom sur les trichomes

Véritables usines à cannabinoïdes, les trichomes sont sans doute l’élément essentiel du chanvre, que ce soit thérapeutique ou récréatif. Si t’as déjà observé une plante à maturité, tu devrais les reconnaître :  ce sont les petites bulles transparentes qui donnent l’impression que la plante est recouverte de magnifiques cristaux lumineux. Zoom sur ces petites têtes soyeuses.

Qu’est-ce que le trichome ?

Tu as peut-être déjà croisé le terme “trichome” sans vraiment savoir de quoi il s’agissait.

L’équipe Kilogrammes te donne plus de précision sur ces petites glandes résineuses.

Car oui, les trichomes sont simplement et purement des excroissances épidermiques recouvrant les têtes des plantes de cannabis.

Ces glandes collantes sont de petites usines de cannabinoïdes, qui se situent principalement sur les fleurs, mais également un peu sur les feuilles et les branches du plant, même s’ils sont beaucoup moins nombreux sur ces parties de la plante.

Ils se développent durant tout le cycle de vie du plant de cannabis. C’est d’ailleurs à partir de ces trichomes, qui sont donc des glandes résineuses, que l’on peut fabriquer le hash.

Suivant que tu consommes du cannabis ou du chanvre, tu ressentiras alors différents effets.

Le premier, contenant du THC t’apportera des effets psychoactifs, que l’on appelle aussi “effet planant” ou “effet high”. Tandis que le deuxième, riche en CBD et pauvre en THC, t’apportera plutôt des effets relaxants et apaisants, sans effet psychotrope. De plus, le taux de cannabinoïdes contenu dans la plante varie en fonction des variétés, donc c’est difficile de prévoir tous les effets que les plants peuvent apporter au consommateur.

Morphologie

Signifiant “croissance du poil” (oui c’est étrange comme signification, on est d’accord) en grec, les trichomes ressemblent effectivement à des petits filaments, munis d’une tige se terminant par une petite tête arrondie. On les compare aussi à des goutte ou à des champignons, mais il s’agit bien d’un concentré de résine.

En général multicellulaires, leur tige croît durant la floraison de la plante et la tête se remplit de bonnes choses : les cannabinoïdes et les terpènes y sont stockés. Sur la plante mature, on a l’impression de voir de véritables cristaux, qui peuvent être si nombreux qu’ils collent les ciseaux lors de la récolte !

Les différentes catégories de trichomes de plants de cannabis

Il existe deux grandes catégories de trichomes, que l’on identifie en fonction de leur forme principalement.

Les Trichomes Glandulaires

Pour faire court, les trichomes glandulaires sont ceux qui sécrètent des substances au sein de leurs “têtes”, aussi appelées glandes. Et cette catégorie de glandes résineuses se divise en 3 sous-catégories :

Trichomes à capitule tigée

Les trichomes à capitule tigée sont les plus grands des trois de ce type, mesurant entre 50 et 100 micromètres. Si tu es fin observateur, tu peux les voir à l’œil nu, car ce sont ceux que l’on remarque sur les têtes de cannabis. Bon faut avoir de très bons yeux quand même ceci dit. 

Comme leur nom l’indique, ces petits sacs à résine possèdent une glande importante, remplie de cannabinoïdes et de terpènes.

Trichomes à capitule sessile

Ils sont assez petits, et ne peuvent, en revanche, pas se voir à l’œil nu. Ce sont de petits trichomes, atteignant une taille de 20–30 micromètres, et comme ils sont plus petits, leurs glandes contiennent donc moins de composés. Ils restent cependant intéressants puisqu’ils apportent tout de même des effets et des arômes.

Trichomes bulbeux

Et enfin, les trichomes bulbeux qui sont les plus petites glandes que contient le cannabis, avec une taille de 10-15 micromètres.

Contrairement aux deux autres catégorie qu’on a cités au-dessus, ceux-là ne détiennent pas de tige, mais recouvrent toute la zone de surface de la plante. C’est leur petite particularité à eux ! 

Les Trichomes Non-Glandulaires

Ces trichomes, comme tu peux le supposer, se distinguent des autres du fait qu’ils ne possèdent pas de glandes.

Ce qui signifie qu’ils ne contiennent pas les précieux cannabinoïdes ou terpènes, tant recherché dans le cannabis.

Mais ils n’en sont pas moins importants pour la plante. Ce sont des éléments qui permettent de défendre la plante en cas d’agression mécaniques, comme les égratignures des feuilles par exemple. Ils permettent également de créer un microclimat, qui sert à conserver l’humidité à la surface de l’épiderme de la plante. 

Les Trichomes unicellulaires

Les trichomes unicellulaires servent à protéger la plante des pertes d’eau et des températures extrêmes.

Ces derniers ressemblent à de petits poils, qui sont observables uniquement via un microscope. Et comme leur nom l’indique, ces trichomes-là possèdent une seule et unique cellule.

Les Trichomes cytolytiques

Les trichomes cytolytiques sont présents dès le début de la croissance du plant. Bien qu’ils ressemblent beaucoup aux trichomes unicellulaires, ils sont plus grands et comportent une excroissance particulière sur leur paroi cellulaire.

Cette particularité leur apporte un aspect rugueux au toucher, et la communauté scientifique s’accorde à dire qu’ils pourraient servir de protection à la plante, notamment à l’encontre des prédateurs.

Ainsi, les trichomes non-glandulaires apparaissent dès les premières phases de la vie de la plante de cannabis, tandis que les autres apparaissent plus tard dans la phase de croissance.

Si tu as bien tout suivi jusqu’ici, tu auras compris qu’un grand nombre de cannabinoïdes, ainsi que les terpènes sont regroupés dans ces pettis sacs résineux. Ces substances actives ont pour rôle de protéger la plante des différents prédateurs grâce à ses effets intoxicants et répulsifs.

Ainsi, les trichomes assurent la protection contre les mauvaises herbes et les vents nuisibles. Mais également contre d’autres agressions externes, comme l’orage par exemple (si, si !). C’est une sorte de garde du corps de la plante quoi. 

Trichomes vs pistils

D’autres éléments de la plante permettent de voir que la plante est arrivée à maturité lors de la floraison.

Les pistils notamment, qui sont des petits filaments changent de couleur au moment où le rendement est optimal. Malheureusement, on voit souvent les gens faire un amalgame entre pistils et trichomes, à cause de l’appellation de “poils” de ces derniers. Mais il s’agit bien de deux structures différentes.

D’ailleurs, certains produits conservent uniquement ces célèbres glandes collantes, offrant un produit unique en son genre.

C’est la cas du kief, cette poudre utilisée comme première étape de la fabrication du hash. Pour séparer les trichomes du reste de la plante, on peut utiliser une extraction à froid : ils sont alors d’abord gelés, puis on secoue la plante pour les en détacher. Une succession de tamis permet ensuite de les récupérer, intacts. 

Ces méthodes produisent des concentrés puissants, des produits dont le taux de CBD est le plus élevé du marché.

Conclusion

Bien que minuscules, les trichomes sont les éléments les plus importants du chanvre pour le consommateur. Grâce à eux, les effets thérapeutiques comme récréatifs de la plante nous sont accessibles.

Donc, la prochaine fois que tu souhaiteras acheter du CBD sur un shop en ligne, tu peux ainsi viser les plantes à forte production de ces glandes, si tu souhaites des effets puissants et des goûts marqués.

C’est d’ailleurs le cas de la Gorilla Glue CBD, l’une des plantes les plus riches en CBD du marché actuellement. Attention toutefois, la quantité de trichomes n’est pas un indicateur des plus fiables. Certaines variétés à faible production de ces petites glandes peuvent être très puissantes, alors ne les laisse pas de côté !

Avoir des trichomes c’est bien, mais c’est pas le seul facteur qui fait qu’une variété sera puissante ou pas, que ce soit en termes d’effets comme en termes d’arômes. 

Si t’as besoin de conseils, hésite pas à nous contacter soit ici, soit sur notre compte Insta

autofloraison

Les plants à autofloraison

Les plantes de cannabis à autofloraison, que l’on appelle aussi “autoflorissantes” ont gagné rapidement en popularité, devenant à la mode. De nombreux cultivateurs apprécient ce type de

Lire la suite
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]