Livraison offerte dès 80€ d’achat 💚

candidats présidentielle

Le cannabis et la politique, qu’en pensent les candidats aux présidentielles ?

Saviez-vous que la France est le premier pays consommateur de cannabis en Europe ? Et pourquoi la France a l’une des politiques européennes les plus répressives en la matière… Mais peut-être que ces interdictions vont s’alléger, avec l’élection présidentielle qui arrive dans quelques semaines ! Voici ce que les candidats proposent sur la thématique du cannabis.

La légalisation du cannabis, ou du moins sa dépénalisation, c’est un débat qui revient très régulièrement en politique.

Bien que le cannabis soit de très loin la substance illicite la plus consommée, il reste tout de même une matière considérée comme illicite. D’après l’Observatoire français des drogues et des tendances addictives (OFDT), ce serait près de 18 millions de personnes qui auraient déjà testé au moins une fois le cannabis. Dans cet échantillon, on compte 45% de ces individus ayant un âge compris entre 18 et 64 ans.

Mais pourquoi l’interdire alors, s’il existe une telle consommation ? Les raisons donnés par l’État, c’est qu’il s’agirait d’un problème de santé publique et des problèmes de sécurité tout court, car le cannabis engendre du trafic. Ce sujet étant souvent mis sur le devant de la scène, les futur.e.s élu.e.s n’hésitent pas à s’emparer de ce sujet pour leur scrutin.


Emmanuel Macron

Emmanuel Macron, pendant son quinquennat, a assoupli la législation concernant le cannabis, bien que celle-ci reste tout de même répressive. En septembre 2020, il met en place un dispositif, qui fait que les détenteurs de drogue s’exposent à une amende forfaitaire fixée à 200 euros (minorée à 150 euros si le paiement intervient dans un délai de 15 jours et majorée à 450 euros au-delà de 45 jours) alors qu’avant, ces derniers étaient punis d’un an d’emprisonnement et de 3 750 euros d’amende. Ce dispositif permet de soulager les policiers de procédures fastidieuses et de désengorger les tribunaux. Alors même si la raison première n’est pas en faveur des usagers de drogues mais plutôt des forces de l’ordre, cela reste une avancée quand même.

Bon, en revanche, Emmanuel n’a pas toujours eu cette position concernant le cannabis et sa légalisation… En effet, en cinq années de gouvernance à la tête du pays, le probable candidat à la présidentielle 2022 a multiplié les revirements, vantant les mérites de la dépénalisation en septembre 2016, puis changeant sa position quelques mois plus tard pendant la campagne de 2017…


Yannick Jadot

Ce candidat EELV a explicitement déclaré qu’il était favorable à la légalisation de la weed, car pour lui, cela permettrait de mieux encadrer la consommation de cette drogue douce, pour “se concentrer en termes de répression sur les drogues dures“.

Son argumentaire se base sur l’expérience d’autres pays européens, qui ont décidé de légaliser le cannabis. D’après lui, ces pays auraient constaté “une réduction des risques d’addiction, une réduction des maladies et notamment psychologiques liées aux addictions” ainsi que “la réduction des trafics“.

En revanche, il n’est pas favorable à la dépénalisation, préférant passer directement par une légalisation de la marijuana, qui permettrait de mobiliser les forces de l’ordre sur d’autres problématiques.

 

Marine Le Pen

Vous devez vous en douter, mais pour la candidate du Rassemblement National, la légalisation du cannabis n’est pas une solution. Elle déclare même :

“Ceux qui pensent qu’en légalisant le cannabis, les dealers vont devenir producteurs de melons à Cavaillon sont au mieux des naïfs, au pire inquiétants. Il faut mener la guerre contre la drogue”

Elle est d’ailleurs plutôt radicale quant au traitement qu’elle réserverait aux dealers si elle est élue, proposant de “mettre en prison ceux qui dealent” en adaptant les peines des dealers en fonction des quantités de drogue qu’ils détiennent.

Pour elle, légaliser la weed ne ferait que déplacer la criminalité ailleurs : ce n’est donc pas la candidate idéale concernant l’avancée des droits concernant le cannabis.


Jean-Luc Mélenchon

Le candidat de La France Insoumise se prononce, comme son concurrent Jadot, en faveur de la légalisation du cannabis.

Déjà aux précédentes élections présidentielles, il s’était positionné pour la légalisation du cannabis, estimant que c’était le meilleur moyen de combattre les soucis de la weed. Si on le traitait de la même manière que l’alcool ou le tabac, c’est-à-dire accompagner de campagne de prévention, cela pourrait diminuer les risques divers liés au cannabis.

Selon lui, la prohibition ne fonctionne pas et gâcher de l’énergie dans les opérations de police sont une véritable perte de temps et d’argent.


Valérie Pécresse

La candidate a été interrogé sur sa position concernant la légalisation du cannabis au mois d’avril dernier. Cette dernière a exprimé son opposition à la légalisation du cannabis, et donne ses deux grandes raisons. Selon elle :

  • Le cannabis est une substance néfaste pour la santé, et cela pourrait faire “sauter l’interdit sur la drogue“, selon elle.
  • La seconde raison serait que “si on légalise le cannabis, on légaliserait à un certain taux de THC, un certain taux de drogue. Que feront les dealers ? Ils ne vont pas se faire priver de leurs revenus, donc ils iront dealer d’autre chose”.

En revanche, elle défend le fait qu’il faudrait remplacer les procédures judiciaires qui peuvent être évités par une amende pénale lorsqu’un consommateur est arrêté, déclarant même :

“Il faut taper au portefeuille les consommateurs et il faut arrêter de faire des procédures judiciaires qui duraient des années et qui aboutissaient à des rappels à la loi.”

 

Philippe Poutou

Stop à la répression“, c’est ce qu’annonce Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste est, vous l’aurez deviné, pour la légalisation du cannabis.

Bien que sa parole sur ce sujet se faisait peu attendre au début de la campagne présidentielle, il avait déclaré lors de la dernière élection présidentielle qu’il souhaitait légaliser le cannabis. Son but est d’arrêter la politique répressive des derniers gouvernements français, laissant plus de liberté au peuple.


Fabien Roussel

Ce candidat est contre la légalisation du cannabis, cependant il défend une politique de dépénalisation. En effet, le candidat du PCF a admis qu’un grand débat sur le sujet était nécessaire, rappelant au passage qu’il est quelqu’un de “très ouvert et prêt à en parler“.


Éric Zemmour

Ce dernier avait tout d’abord indiqué en mai dernier que “la répression ne marche pas“, “Je me demande si on ne devrait pas organiser la légalisation ordonnée du cannabis“, avait-il déclaré lors d’une émission de CNews.

Invité sur le plateau du 19:45 en mars, il est revenu sur ses positions pour déclarer qu’il était contre. Le présentateur du JT Xavier De Moulins lui a alors demandé : “Est-ce que vous avez déjà fumé un joint ?”. Le candidat a rétorqué un peu hésitant que non, et que de toute manière, il ne savait “pas fumer de toute façon”.

 

Anne Hidalgo

L’actuelle maire de Paris, elle est actuellement candidate aux présidentielles, représentant le parti du PS. Cette dernière n’a pas explicitement donné son avis sur la légalisation ou la dépénalisation du cannabis, mais elle avait évoqué la mise en place d’un “plan antidrogue” en 2018.

Pour elle, le fait que des quartiers soient “complètement pourris par la drogue” est inadmissible. Cependant, pour elle, le sujet n’est pas tant de savoir s’il faut légaliser ou pas la consommation du cannabis, c’est de savoir s’il n’y a pas un plan contre la drogue qui pourrait être porté par ce pays avec force”. Pour elle, la drogue est une “économie qui vient abîmer tout”.


Jean Lassalle

Tout comme JLM, Jean Lassale est pour une légalisation du cannabis… Mais encadrée ! Il affirme sur son site de campagne JL2022.fr être pour et vouloir mettre en place une légalisation. La vente du canabis devra cependant être strictement encadrée et “une grande part des recettes” devra être consacrée à la lutte contre l’addiction.


Nathalie Arthaud

Aussi surprenant que cela puisse l’être, Nathalie Arthaud est la seule à proposer d’emblée une dépénalisation. Consciente de l’inefficacité de la politique répressive en place qu’elle qualifie même “d’échec total”, elle propose tout simplement d’arrêter de poursuivre les consommateurs et les vendeurs sans donner plus d’informations sur un éventuel programme précis sur le sujet.


Conclusion

Voici les différents candidats qui se présentent pour les présidentielles de 2022, avec leurs idées tranchées ou non, de la légalisation du cannabis.

Bien entendu, cela ne reflète pas l’entièreté de leur programme, mais ce dégrossissement permet de mieux comprendre leur position concernant le canna, et donc les potentiels projets de loi qu’ils pourraient mettre en place à la suite de leur élection.

Kilogrammes a tenu à vous faire un petit récapitulatif des points de vues de chaque candidat, afin de vous aider dans le choix de votre futur vote. Bien entendu, ce n’est pas le point le plus important à prendre en compte pour chaque programme, il y a d’autres sujets plus inquiétants sur la table 😉 

papillote de truite et CBD

Papillote de truite au CBD

Sur le blog l’équipe Kilogrammes n’avait pas encore expérimenté une recette avec du poisson. En effet, on ne savait pas trop comment ajouter du cannabidiol

Lire la suite