La matière grasse et le CBD

Le CBD et la matière grasse

Avis aux régimeurs et régimeuses ! Aujourd’hui, vous allez mettre votre diète de côté, car nous allons parler de matière grasse ! Et plus précisément, nous allons voir ensemble les effets que peuvent procurer les lipides si on les couple avec notre petit cannabidiol.

Attendez-vous à être étonné(e)s par l’action que peut avoir ce fabuleux macronutriment sur notre corps !

L’action de la matière grasse sur notre organisme

Conclusion

Sachez qu’il n’est absolument pas obligatoire d’additionner systématiquement une matière grasse à votre cannabidiol. Mais maintenant que vous savez comment fonctionne le CBD, vous comprenez sûrement mieux pourquoi l’équipe Kilogrammes vous conseille toujours fortement d’ajouter un peu de lait entier ou de l’huile dans vos infusions de CBD. Et vous pouvez également saisir l’ampleur de l’huile CBD et pourquoi elle est autant appréciée de nos consommateurs et consommatrices.

On espère que cet article vous a plu, et qu’il vous sera utile pour une meilleure compréhension du CBD et de ses mystères. On se retrouve vendredi prochain pour un nouvel article CBD, où vous (re)découvrirez une superbe variété de cannabis !

À bientôt !

Avant d’aborder l’action du mélange matière grasse + CBD, on va s’intéresser à l’importance que les lipides peuvent avoir sur notre santé.

Communément appelés “graisses“, les lipides font partie, au même titre que les protides et les glucides, de la grande famille des macronutriments. Cette catégorie d’aliments contribue à l’apport énergétique dont notre organisme dépend, dont 35 % des calories totales doit être fourni par les lipides au travers de notre alimentation, selon L’ANSES.

Les lipides sont composés de divers acides gras, qui jouent chacun un rôle important pour notre santé. On peut les regrouper en différents groupes :

  • les acides gras saturés (AGS), qui ne possèdent aucune double liaison, et que l’on retrouve essentiellement dans les produits d’origine animale comme le beurre, la crème fraîche, les fromages, la viande, etc.
  • les acides gras mono-insaturés (AGMI) qui possèdent une seule double liaison, et que l’on retrouve dans les huiles végétales en général (olive, arachide, soja, sésame), mais aussi dans les oléagineux et la viande ;
  • les acides gras polyinsaturés (AGPI) qui possèdent plusieurs doubles liaisons, dont les oméga-6 et les oméga-3 font partie.

Et parmi ces groupes d’acides gras, il y en a que l’on va qualifier d’essentiels, c’est-à-dire que le corps ne sait pas les fabriquer lui-même et ils doivent donc être impérativement apportés par l’alimentation.

Ensuite, on a les acides gras conditionnellement indispensables, qui sont indispensables pour bénéficier d’une croissance normale et sont importants pour les fonctions physiologiques de nos cellules. De plus, ce type d’acide gras peut être conçu à partir de leur précurseur, mais si les précurseurs en question sont absents, il faudra alors les puiser dans la nourriture. 

Et pour finir les acides gras non-essentiels, qui n’apportent rien de spécial à l’équilibre de notre organisme, mais qui existent tout de même.

Et donc, dans les acides gras essentiels, on compte :

  • Les acides gras polyinsaturés oméga 6 (ou AGPI n-6), dont le précurseur est l’acide linoléique.
  • Les acides gras polyinsaturés oméga 3(ou AGPI n-3) dont le précurseur indispensable est l’acide alpha-linolénique. C’est d’ailleurs à partir de cet acide gras que peuvent être synthétisés l’acide eicosapentaénoïque (EPA) qui est un acide gras conditionnellement indispensable et l’acide docosahexaénoïque (DHA) qui lui, fait partie en revanche des acides gras indispensables.

Maintenant qu’on en sait un peu plus sur les lipides, on peut s’intéresser aux effets qu’ils ont sur notre organisme et l’influence qu’ils exercent sur notre santé.

Mais à quoi servent les lipides ?

Faisant partie des constituants de base de notre organisme, les lipides sont indispensables à notre santé. Avec leur forte teneur en calories (9 kcal/1g lipide), soit un peu plus du double de celle des glucides et des protides (4kcal/1g), la matière grasse alimentaire représente avant tout un gain énergétique considérable.

En effet, la première fonction des lipides est le stockage énergétique, et ils deviennent alors nécessaires en cas d’effort prolongé, car notre organisme va alors les puiser dans ses stocks, qui se trouvent dans nos tissus adipeux.

De plus, les lipides tiennent également un grand rôle dans la fonction physiologique du corps. Il faut savoir que toutes les cellules de notre corps possèdent une membrane, qui est constituée généralement de lipides et d’autres composants. Ce sont les lipides qui leur permettent d’avoir une structure ainsi qu’une protection lors de leur circulation dans notre organisme. Mais les lipides permettent aussi d’acheminer et d’assimiler les vitamines dites liposolubles, telles que la vitamine A, D, E, et K.

Pour finir, les lipides entrent dans la formation d’une vingtaine de substances, des médiateurs chimiques, qui permettent la production des hormones sexuelles, appelées également hormones stéroïdiennes. Ces hormones sont indispensables pour notre cerveau, notre cœur, nos artères, car elles influencent plusieurs fonctions de notre organisme.

C’est pour toutes ces fonctions essentielles, sur lesquelles les lipides ont une action bénéfique, qu’il est essentiel, même en cas de régime, de ne pas les supprimer et de continuer à consommer des graisses de bonne qualité.

Bon, maintenant qu’on a compris le rôle des lipides, on passe à celui de la deuxième matière importante dans cet article : le cannabidiol.

CBD

L’action du cannabidiol sur notre corps

Le CBD, ou cannabidiol fait partie des cannabinoïdes qui composent le chanvre. Les cannabinoïdes sont des composés du chanvre donc, qui agissent sur le système nerveux à travers le système endocannabinoïde via les récepteurs CB1 et CB2.

Il faut savoir que tous les mammifères détiennent un système endocannabinoïque, et dont les effets du CBD peuvent agir sur vous, mais aussi sur votre chien ou votre chat par exemple.

Bien que le cannabis détienne plusieurs types de cannabinoïdes, avec des effets propres à chacun, nous allons nous concentrer uniquement sur le CBD.

Alors comment agit le CBD sur notre organisme ?

Commençons par le commencement : le système nerveux des mammifères, et spécifiquement des êtres humains est composé d’un grand nombre de récepteurs. Ils servent à recevoir et transmettre des signaux au reste de notre corps, et pour cela, ils utilisent des molécules spécifiques pour transmettre les messages qu’ils reçoivent.

Ainsi, le système endocannabinoïde (SEC) fait partie des nombreux systèmes de récepteurs dont le corps est composé. Les récepteurs du SEC sont situés dans le cerveau, mais également dans le système nerveux périphérique constitué de la moelle épinière et des nerfs extérieurs au cerveau. Ce système SEC est impliqué dans de nombreuses fonctions organiques et est responsable de la régulation de multiples processus physiologiques, dont celui de la sensation de la douleur, de l’humeur et de l’appétit.

Cette influence est possible grâce à l’action des deux récepteurs principaux du SEC (CB1 et CB2), qui se lient à des molécules produites dans le corps et qualifiées d’endocannabinoïdes. C’est le cas par exemple de l’2-AG, qui est un ligand entre le CB1 et le CB2.

Or, le CBD, qui est un phytocannabinoïde, ce qui veut dire qu’il est issu de plante, comme le cannabis pour ne citer que lui, et ne se lie pas directement à ces récepteurs, mais il est capable de répliquer certains effets de l’2-AG. Ainsi, le CBD agirait sur le système endocannabinoïque, et donc également sur les fonctions que ce dernier module. C’est d’ailleurs pour son action sur le SEC que le cannabidiol est recherché, et consommé.

Mais quel rapport entre la matière grasse et le cannabidiol et pourquoi rechercher à assembler ces deux matières ?

huile CBD

Pourquoi combiner matière grasse et CBD ?

Avant de parler de la raison de la combinaison entre les lipides et le CBD, on va aborder la notion de biodisponibilité.

Avant tout, information capitale : le CBD est hydrophobe, c’est-à-dire qu’il n’est pas soluble dans l’eau. Donc pour que l’organisme l’absorbe correctement et que ses effets soient ressentis, il faut que ce dernier soit “biodisponible“.

La biodisponibilité, c’est le fait qu’une matière et/ou les molécules qui la compose arrivent à circuler dans le système sanguin, et que les organes arrivent à l’utiliser. Ainsi, certaines études indiquent que la biodisponibilité orale du CBD est connue pour être d’environ 6 % chez l’être humain. Ce qui est assez peu, vous en conviendrez !

Mais il existe d’autres paramètres à prendre en compte afin que le CBD soit bien assimilé, comme l’effet de premier passage. Cet effet est la métabolisation d’une substance par le foie, car ce dernier est le principal organe qui métabolise les substances entrant dans notre corps, et qui les distribue par la suite dans tout l’organisme via la circulation sanguine.

Ainsi, tout ce qui est consommé par voie orale passe en général par le foie, qui est alors notre “filtre” corporel en quelque sorte. Mais ce dernier se permet également de détruire en grande partie ces substances, et par conséquent, seul un pourcentage restreint passe dans le sang.

Et le CBD ne fait pas exception à ce fonctionnement ! C’est pourquoi on a cherché à amoindrir ce phénomène, en ajoutant une matière grasse au produit CBD, afin d’obtenir une disponibilité maximale du CBD.

En effet, la matière grasse, et plus précisément les liposomes, qui sont des vésicules sécurisées, sont composées d’une ou plusieurs bicouches phospholipidiques. En gros, c’est une bulle sphérique qui permet de transporter le CBD en toute sécurité jusqu’à leur cible cellulaire. C’est pourquoi il est plus bénéfique d’ajouter de la matière grasse à votre produit CBD, si ce dernier n’en contient pas déjà, comme c’est le cas pour les fleurs CBD ou encore la résine CBD ou le pollen CBD, afin de le rendre beaucoup plus biodisponible. Bien entendu, on ne parle ici uniquement de la consommation par voie orale, et non en inhalation par exemple.

Conclusion

Sachez qu’il n’est absolument pas obligatoire d’additionner systématiquement une matière grasse à votre cannabidiol. Mais maintenant que vous savez comment fonctionne le CBD, vous comprenez sûrement mieux pourquoi l’équipe Kilogrammes vous conseille toujours fortement d’ajouter un peu de lait entier ou de l’huile dans vos infusions de CBD. Et vous pouvez également saisir l’ampleur de l’huile CBD et pourquoi elle est autant appréciée de nos consommateurs et consommatrices.

On espère que cet article vous a plu, et qu’il vous sera utile pour une meilleure compréhension du CBD et de ses mystères. On se retrouve vendredi prochain pour un nouvel article CBD, où vous (re)découvrirez une superbe variété de cannabis !

À bientôt !

Faire du lait au CBD

Faire du lait au CBD

Le lait, un des ingrédients phare que tout bon cuisinier se doit d’avoir dans son garde-manger. Le plus commun reste le lait de vache, mais

Lire la suite