THC dans le sang

THC dans le sang : Combien de temps ? Durée et élimination

C’est l’une des questions les plus fréquemment posées par les consommateurs et consommatrices de cannabis. Les traces de THC se retrouvent dans le sang pendant combien de temps ? Certaines personnes subissent des tests dépistage de drogue (tests urinaires, analyse de sang, etc.) plus ou moins régulièrement, et ce, pour différentes raisons ( sport, travail, etc.).

Alors ce taux de THC dans le sang peut inquiéter, car en France, le THC est une substance considérée comme illicite, et donc, sa présence peut apporter son lot d’ennuis. Il est très difficile de donner une réponse claire et précise de quand le THC disparaît dans le sang, car cela va dépendre de nombreux facteurs intrinsèques.

Découvrons ensemble tous les secrets du THC et comment s’en débarrasser.

Le THC et ses effets

Le cannabis est composé de plusieurs molécules, comme les cannabinoïdes, dont le THC fait partie. Le delta-9-tétrahydrocannibinol ou THC est l’une des plus connues et également la plus abondante dans le cannabis, excepté dans le cannabis CBD, où son taux ne doit pas dépasser 0.2% pour respecter la législation.

C’est le THC qui est d’ailleurs responsable du principal effet psychoactif ressenti lors de la consommation de cannabis. En effet, ce dernier agit de la même manière que les cannabinoïdes produits naturellement par notre corps, et stimule des parties du cerveau grâce à des récepteurs spécifiques, ce qui provoque la libération de dopamine, autrement appelée “hormone du bonheur”. La dopamine est une substance chimique qui sert de neurotransmetteur au cerveau et agit directement sur le comportement. L’action de la dopamine via la consommation de cannabis provoquant ainsi une sensation d’euphorie et de bien-être.

Mais le THC a tout un panel d’effets différents, comme le fait qu’il aurait des effets analgésiques, permettant de soulager les symptômes de douleur et d’inflammation. En soulageant la douleur et en apportant une sensation euphorique, cela entraîne une sensation de relaxation chez le consommateur. Mais le THC n’a pas que des effets bénéfiques sur l’organisme, car il provoque également des effets secondaires indésirables comme des hallucinations, de l’anxiété et de la tachycardie. De plus, du fait de ses effets psychoactifs, le THC est considéré comme illégal, et il est fortement recommandé de ne pas en consommer, surtout en cas de grossesse, d’allaitement ou si vous souffrez de complications cardiorespiratoires.

Mais si vous en avez tout de même consommé, vous vous demandez peut-être combien de temps il faut au corps pour éliminer le THC de votre sang.

THC dans le sang

Combien de temps le THC reste dans le sang ?

Il faut savoir que l’élimination du THC sera plus ou moins rapide en fonction de différents facteurs, comme le fait d’avoir une consommation régulière de cannabis, le poids, la taille, etc. On peut partir du constat que l’on élimine toute trace de THC au bout de quelques jours, bien que cette durée puisse être plus longue pour ceux et celles qui seraient des consommateurs réguliers.

Suivant le test de dépistage de drogue, le résultat peut différer, car le THC se retrouve plus rapidement dans le sang que dans les urines ou les cheveux, mais disparaît également plus rapidement car son taux dans le sang est finalement assez faible. De plus, toutes les variétés de cannabis ne sont pas égales en termes de THC, car certaines variétés auront un taux beaucoup plus important que d’autres, ce qui peut donc changer le taux de THC dans votre sang. Donc le taux de cannabis dans le sang varie en fonction de la quantité consommée, mais également de la puissance du plant lui-même.

D’ailleurs ce n’est pas la présence de THC qui est recherchée lors d’une prise de sang à la recherche de cannabis, mais son métabolite, le THC-COOH. Le THC, une fois qu’il rentre dans le sang, se dégrade en “deux parties” : le 11OH-THC et le THC-COOH. Mais pourquoi rechercher le THC-COOH et pas le THC ?

C’est parce que cette substance liposoluble est stockée dans nos cellules, ce qui fait qu’elle reste dans notre système sanguin plus longtemps que le THC. Cela permet donc de savoir si la consommation de cannabis a été faite il y a longtemps, ou non. Toutefois, si le THC-COOH et le THC sont détectés, cela signifie que la consommation a probablement été faite au cours des dernières heures.

Les types de tests de dépistage de THC

Il existe pas moins de 5 tests pour détecter la présence de cannabis dans l’organisme.

Le test salivaire

C’est le type de test le plus populaire, car il est assez précis et beaucoup moins coûteux que les autres. Ils peuvent être effectués par des policiers lors de contrôles routiers en plus du test d’alcoolémie. Ce type de test permet de déterminer si la personne a récemment consommé du cannabis car il détecte la présence de THC jusqu’à 24 heures après la consommation, et le THC-COOH pendant plusieurs jours.

Le test urinaire

Le test urinaire fait, comme le test salivaire, partie des méthodes les plus couramment utilisées pour la détection de drogue. C’est notamment ce type de test qui peut être utilisé par la médecine du travail. Mais il faut savoir que le seuil n’est pas fixe, car il peut changer selon l’employeur ou l’organisation.

Le test sanguin

Les tests sanguins permettent de détecter à la fois la présence de THC dans le sang, mais également celle de ses métabolites. C’est une méthode souvent utilisée dans le cas d’accident ou dans le cadre d’une autopsie, et permet de savoir si la personne a consommé du cannabis récemment. Les tests de dépistage sanguins peuvent enregistrer un résultat positif jusqu’à 12 heures après la consommation de cannabis, et peuvent aller jusqu’à 7 jours chez les consommateurs réguliers.

Le test capillaire

C’est le test qui a la plus grande fourchette en termes de détection. En effet, le corps dépose le THC dans les cheveux ou les poils, et reste dans les fibres capillaires, alors que le cheveu continue de pousser. Ce sont des tests qui sont assez coûteux, et sont alors rarement utilisés, mais ils peuvent parfois être mis en place quand une entreprise ou une organisation veut tester la consommation avec une plus longue antériorité.

Le test de transpiration

Les tests de dépistage du cannabis dans la transpiration sont rarement réalisés car pas assez fiables en termes de détection de THC. En effet, les niveaux de THC peuvent fortement varier selon l’activité de la personne, la température de l’environnement et d’autres facteurs, comme le taux de transpiration par exemple.

Ce type de test est parfois utilisé dans des programmes de traitement de la toxicomanie car ils ne peuvent que mesurer la consommation assez récente de cannabis.

Quels sont les taux de THC non pénalisables ?

Excepté le cannabis CBD qui se doit de contenir un taux de THC inférieur à 0.2%, le THC reste une molécule illégale. Cependant, les actuelles lois en vigueur ne sont pas très claires sur le sujet, donc si une analyse de sang est demandée au consommateur, toute trace de THC (ou THC-COOH) peut avoir des conséquences.

éliminer THC

Comment éliminer le THC dans son sang ?

La solution la plus simple et efficace est tout simplement de ne pas consommer de cannabis car l’objectif sera de purger autant que possible toute trace de THC ou de ses métabolites. Ainsi, il est logique que plus longue sera votre abstinence et plus vous serez à même d’être négatif sur le test. Bien entendu, pour certains et certaines, c’est difficilement envisageable, voire carrément impossible ! C’est pourquoi il existe d’autres méthodes qui peuvent aider à supprimer toute trace de THC dans votre organisme.

Dilution de l’urine

L’eau, un élément important dans notre corps, puisque ce dernier en est composé à 60%. Cette méthode est la plus adaptée pour les tests urinaires, car elle consiste à boire beaucoup d’eau, diluant ainsi l’urine et rendant la détection des résidus de métabolites plus difficile.

Il est alors conseillé de boire beaucoup et d’uriner donc beaucoup également 24 à 48 heures avant le test afin de “purifier” votre organisme.

Cependant, cette méthode doit être faite avec précaution, car une urine trop diluée, et donc très claire, pourrait engendrer la demande d’un nouveau test, avec la suspicion qui va avec.

Pour pallier le teint clair de votre urine, vous pouvez, quelques jours avant le test, prendre des compléments de vitamines B (B2 et B12), qui vous aideront à avoir une urine plus jaune. De plus, une supplémentation en créatine sera également la bienvenue, car la dilution de l’urine entraîne une baisse du taux de cette dernière.

Ces compléments se trouvent facilement en pharmacie.

Prendre des compléments détoxifiants

En vente libre en pharmacie, vous pouvez en trouver de toutes sortes. Sous forme de gélules, de tisanes ou autres, il y en a vraiment pour tous les goûts. Ces compléments détoxifiants contiennent des diurétiques, qui vous aideront à éliminer les métabolites du THC via l’urine.

Cependant, il vous faudra vous y prendre bien en avance pour détoxifier au maximum votre organisme, et cela devra vous demander une certaine organisation. De plus, il est évident que pendant votre prise de détoxifiant, il est vivement recommandé de ne pas consommer de cannabis.

Du charbon actif pour purifier son corps

Une autre méthode pour préparer votre corps à un dépistage est le charbon actif. C’est un élément souvent utilisé dans le milieu médical pour gérer les surdoses de produits. En effet, le charbon se lie à différentes substances, permettant d’aider le corps à s’en débarrasser. En fait, les molécules du charbon possèdent une charge électrique négative qui permet aux autres molécules chargées positivement de se lier à lui, emprisonnant alors ces dernières et permettant de les éliminer.

Ce processus de liaison fonctionne avec le THC-COOH, et qui va circuler de multiples fois à travers votre système via un processus appelé “recirculation entéro-hépatique “.

Ainsi, ces molécules de THC-COOH se déplacent du sang au foie, puis vers la bile et enfin dans les intestins, puis elles finissent par être réabsorbées de nouveau dans le système sanguin. Et le cycle recommence, mais la seule différence c’est qu’une portion des métabolites est évacuée à chaque nouveau cycle. Il faudra bien entendu plusieurs cycles pour éliminer toute trace de métabolites.

Ces méthodes ne sont pas infaillibles, et donc ne garantissent pas une efficacité parfaite. C’est pourquoi la méthode de l’abstinence reste la plus efficace, même si elle peut se montrer très éprouvante pour certain(e)s.

Les produits CBD peuvent-ils rendre un test positif ?

Le cannabidiol, ou CBD, est un autre cannabinoïde que contient le cannabis, au même titre que le THC. Cependant, le CBD ne provoque pas d’effet psychotrope, le rendant légal à la consommation dans de nombreux pays d’Europe.

Cependant, pour rester légal aux yeux de la législation, ce dernier ne doit pas avoir un taux de THC dépassant les 0.2 %. Ainsi, il est plutôt rare que la consommation de produits CBD entraîne une réponse positive à un test de dépistage de drogue.

Toutefois, comme les produits CBD sont issus de cannabis sativa, les fleurs de CBD et les produits dérivés, à l’exception des produits purifiés, présentent des concentrations minimales de THC, et peuvent potentiellement rendre un test positif, surtout s’ils sont consommés en grande quantité, mais ces cas sont extrêmement rares. Mais si vous vous tenez à des doses de CBD normales, il n’y a vraiment aucune raison de s’inquiéter.

Faire du lait au CBD

Faire du lait au CBD

Le lait, un des ingrédients phare que tout bon cuisinier se doit d’avoir dans son garde-manger. Le plus commun reste le lait de vache, mais

Lire la suite