Livraison offerte dès 80€ d’achat 💚

pfizer et le cannabis

Pfizer se met au cannabis

Depuis la pandémie du COVID-19, ce nom est connu de tous ! Ce laboratoire, en plus d’avoir proposé un vaccin contre le coronavirus, a décidé d’investir dans le marché du cannabis.

Mais pourquoi maintenant, pourquoi le cannabis et plus une autre plante/substance ? C’est ce que l’équipe Kilogrammes va vous expliquer.

La course au cannabis médical

Le 13 décembre 2021, Pfizer a annoncé son intention d’acquérir Arena, une entreprise Américaine, qui produit des médicaments. Située à San Diego, en Californie, cette entreprise fonctionne depuis 2012, et était tout juste en train de réaliser des essais cliniques un médicament à base de cannabinoïdes. Le but de ces recherches était de permettre de développer un traitement à base de cannabis médical et de tester son efficacité par la suite.

Le laboratoire Pfizer rejoint donc Jazz Pharma et le laboratoire Johnson & Johnson (qui eux aussi sont dans la course du vaccin contre le COVID-19) dans l’investissement dans le cannabis médical. Pfizer vient donc d’acquérir un autre laboratoire spécialisé dans la production de traitement à base de cannabis.

Cette démarche d’acquisition prouve bien que les laboratoires montrent de l’intérêt pour le domaine des cannabinoïdes.

Des spécialistes du cannabis médical

Arena Pharmaceutical est une entreprise spécialisée dans le traitement de la maladie de Crohn, avec comme base des médicaments expérimentaux. Mais Arena ne se penche pas uniquement sur la maladie de Crohn mais également sur d’autres types de pathologies comme par exemple l’obésité. Depuis 2012 elle commercialise la molécule qu’elle a breveté : le Locaserin, qui permet de lutter contre l’obésité, ce qui a donné un traitement du nom de “Belviq“.

De plus, on ne présente plus Pfizer, ce laboratoire dont les bénéfices s’annoncent plus qu’énormes cette année, notamment grâce à son expérimentation vaccinale mondiale sur le COVID, qui devrait se terminer en 2023.

« L’acquisition d’Arena vient compléter notre expertise dans
l’inflammation et l’immunologie pour les patients qui souffrent de
maladies immuno-inflammatoires. Nous avons besoin de traitements plus
efficaces »
, promet un des chefs de Pfizer dans un communiqué.

Ce qui a attiré Pfizer dans le rachat de l’entreprise Arena, c’est pour son traitement dénommé Olorinab.

Ce médicament permettrait de soulager les douleurs et les symptômes d’inflammation, plus spécifiquement ceux situés au niveau de la zone abdominale. Pour cela, l’utilisation de cannabinoïdes serait un plus, car ces derniers empruntent les récepteurs CB2, qui sont répartis un peu partout dans le corps. En empruntant ce type de voie, appelée aussi système endocannabinoïde, les cannabinoïdes agissent sur le corps et le mental, réduisant les douleurs et soulageant l’organisme.

Ce type de traitement pourrait donc soulager une grande partie des douleurs physiques et mentales, sans provoquer d’effet secondaire indésirable.

Le médicament a été testé sur 273 personnes pour le moment. La procédure du test est la suivante :

  • Des patients reçoivent un placebo tandis que d’autres reçoivent le vrai médicament et ce, pour une durée de trois mois.

Pour l’heure, le laboratoire observe qu’une dose de 50 mg serait déjà
efficace pour soigner les douleurs modérées à sévères.

Cependant, une ombre au tableau vient s’ajouter, lorsque le labo se rend compte que l’Olorinab
n’a pas l’efficacité qu’ils s’étaient fixé pour les douleurs abdominales mais ces données restent tout de même positives !

Un investissement de 6.7 milliards d’euros de la part de Pfizer

Pfizer a donc tout intérêt à investir dans ce type de traitement, qui pourrait valoir dans quelque temps une petite fortune.

C’est pourquoi il a réussi à lever 6,7 milliards de dollars pour effectuer des recherches sur les médicaments à base de cannabinoïdes et devient donc l’un des plus grands spécialiste dans le domaine des médicaments à base de cannabis.

Malheureusement, la France n’est pas du même avis, et donc se coupe de tout espoir de recherche ou de développement dans ce secteur en commençant par interdire les fleurs CBD par exemple…

Espérons que le gouvernement se réveille et se rend compte des avancées médicales et économiques qu’il est en train de perdre en fermant ce type de commerce.

Peut-être qu’un jour la France comprendra tout le potentiel des cannabinoïdes et prendra conscience qu’ils renferment de nombreuses vertus thérapeutiques qui pourraient aider de nombreux patients avec des pathologies différentes 🙂

papillote de truite et CBD

Papillote de truite au CBD

Sur le blog l’équipe Kilogrammes n’avait pas encore expérimenté une recette avec du poisson. En effet, on ne savait pas trop comment ajouter du cannabidiol

Lire la suite