⚠️ Toutes les commandes contenant des produits en précommande seront expédiées sous 5 jours ouvrés. ⚠️

psilocybine

Psilocybine et dépression

As-tu déjà entendu parler de psilocybine, qui est une molécule qui est pas mal populaire ces derniers temps ?

Elle provient de certaines variétés de champignons, dits “champignons magiques”, qui veut tout simplement dire qu’ils procurent des effets hallucinogènes.

Et si cette molécule pouvait servir à autre chose qu’à faire voir des éléphants roses ? C’est ce qu’à voulu démontrer cette étude publiée dans le New England Journal of Medicine. Et l’équipe Kilogrammes a décortiqué cette étude pour toi, afin de t’expliquer les avantages et les inconvénients de cette substance qu’est la psilocybine. 

Qu’est-ce que la psilocybine ?

La psilocybine est un hallucinogène qui produit des effets similaires à ceux du LSD. Si tu consommes des champignons “magiques” tu seras sujet à des hallucinations et à une altération de ton état de conscience. Il te faut compter entre 15 à 45 minutes avant de ressentir les premiers effets et ces derniers durent généralement de 4 à 6 heures.

En vérité, les champis ne produisent pas qu’une seule substance hallucinogène, tu t’en doutes, mais on va rester sur celle-ci pour cet article. Mais si cela t’intéresse d’en savoir un peu plus sur ces truffes hallucinogènes, hésite pas à nous faire passer ton message sur notre Insta 😉

Étude sur les effets de la psilocybine

Un essai clinique multicentrique a été mené par la compagnie COMPASS Pathways sur pas moins de vingt-deux sites internationaux, situés dans dix pays d’Europe et d’Amérique du Nord entre mars 2019 et septembre 2021. Parmi ces sites, on peut y voir l’Institute of Psychiatry, Psychology & Neuroscience (IoPPN) du King’s College London et le South London and Maudsley NHS Foundation Trust, qui sont des structures réputées dans le milieu ! Ce serait le plus grand essai clinique mené à ce jour concernant les effets de la psilocybine sur la dépression, rien que ça !

Protocole de l’étude

Ainsi, une équipe de chercheurs a étudié l’évolution de la gravité de la dépression, qui a été évaluée à l’aide de l’échelle d’évaluation de la dépression de Montgomery-Åsberg. Les sujets étaient des personnes souffrant de dépression résistante au traitement et ont été évalués sur la gravité de la dépression avant l’administration de la psilocybine. Les chercheurs, après leur avoir administré une dose unique de psilocybine et d’un soutien psychologique, ont observé les résultats obtenus sur 12 semaines de suivi. Des évaluations de suivi ont été effectuées le deuxième jour, ainsi qu’aux semaines un, trois, six, neuf et douze.

Au total, c’est pas moins de 233 participants qui ont été répartis au hasard pour recevoir une dose unique de 25 mg, 10 mg ou 1 mg de psilocybine avec en prime un soutien psychologique. Ceux qui ont reçu la dose de 1 mg ont servi de groupe témoin et l’essai était en double aveugle bien entendu.

Résultat de l’étude

Cette étude est de loin le plus grand essai clinique sur l’utilisation de la psilocybine pour la dépression résistante au traitement actuellement.

Les chercheurs ont pu constater que les participants qui ont reçu la dose de 25 mg de psilocybine, avec un soutien psychologique, ont connu une réduction rapide et plus importante des scores de dépression que ceux qui ont reçu la dose de contrôle de 1 mg.

Au cours de cette étude, des effets indésirables ont tout de même été observés. Il s’agissait notamment de céphalées, de nausées, de vertiges et de fatigue, qui se sont manifestés chez pas moins de 84 % des participants dans le groupe recevant la dose de 25 mg, 75 % dans le groupe recevant la dose de 10 mg et 72 % dans le groupe recevant la dose de 1 mg.

Cette étude a permis de démontrer qu’une dose unique de 25 mg de psilocybine améliorait les symptômes de dépression des participants par rapport à une dose de 1 mg (contrôle). Ces résultats constituent un espoir considérable pour tou.te.s celles et ceux qui souffrent de ce type de pathologie, mais qui ne trouvent pas de soulagement dans un traitement conventionnel. La tâche qui reste à mener par ces chercheurs consiste maintenant à étudier la psilocybine pour la dépression résistante au traitement, mais qui seront menées dans des essais cliniques de plus grande envergure avec un plus grand nombre de participants, avec la même démarche d’étude employée que pour celle-ci.

L’utilité de la psilocybine dans le traitement de la dépression

Le Dr James Rucker, un psychiatre qui a participé à la recherche, a déclaré :

“Alors que de nombreux patients souffrant de problèmes de santé mentale s’améliorent grâce aux traitements disponibles, un sous-groupe de patients ne s’améliore pas, même s’ils essaient de nombreuses formes de traitement différentes. Ce phénomène est parfois appelé “résistance au traitement”. Cela peut conduire à une variété d’autres problèmes qui ont un impact sérieux sur les patients et les personnes qui les entourent. Les options thérapeutiques sont souvent limitées et s’accompagnent d’effets secondaires gênants et/ou de stigmatisation.”

Suite à ce constat qu’il a fait, en menant d’autres recherches en tant que consultant et responsable du groupe des essais sur les substances psychoactives à l’IoPPN, au King’s College London et au South London and Maudsley NHS Foundation Trust, il conclut par :

“De nouveaux paradigmes de traitement sont donc nécessaires et la recherche clinique de nouveaux traitements est importante. La thérapie à la psilocybine pourrait constituer un nouveau paradigme de traitement, mais elle doit être testée dans le cadre d’essais cliniques. C’est ce que nous faisons au Psychoactive Trials Group, et nous proposons des traitements nouveaux et pionniers en collaboration avec nos collègues du Maudsley Centre for Advanced Treatments.”

Un laboratoire teste la psilocybine

Tu as bien lu, une société pharmaceutique, appelée Apex Labs, a annoncé qu’elle allait mener le premier essai clinique nord-américain de psilocybine multidose prescrit à domicile. Mais cette société n’est pas n’importe laquelle puisqu’elle est spécialisée dans les traitements à la psilocybine pour les vétérans militaires américains.

L’essai serait connu sous le nom de APEX-002-A01-02, et explorera l’efficacité de l’APEX-52 (psilocybine) pour les vétérans souffrant de dépression et de troubles de stress post-traumatique. Ainsi, les patients vétérans recevront de la psilocybine à faible dose et à doses multiples pour usage oral.

Le PDG d’Apex déclare :

“Les anciens combattants s’automédicamentent déjà avec des microdoses de produits à base de psilocybine non réglementés, sans connaître la puissance et la sécurité du produit qu’ils consomment. Notre objectif est d’élargir l’accès à des produits de qualité pharmaceutique par le biais de systèmes réglementés, en offrant transparence et soutien aux patients qui en ont besoin.”

D’autres pays utilisent la psilocybine comme traitement

Il n’y a pas qu’Apex qui a pu mener des essais, puisque récemment, l’Université de Guelph, en Ontario, a été autorisée à mener une étude sur les champignons psilocybines. L’université s’est vu attribuer une “licence de distributeur” de la part de Santé Canada le 25 octobre 2022, ce qui en fait l’une des premières universités du pays à recevoir une telle approbation.

Et on est persuadé qu’en France, ce n’est qu’une question de temps pour qu’elle s’y mette aussi 😉

Différences entre psilocybine et CBD

Comme on te l’a démontré tout au long de cet article, la psilocybine est efficace contre la dépression qui résiste aux autres types de traitement. Seulement, elle procure également des effets secondaires indésirables assez envahissant…

Alors que ce n’est pas le cas du CBD, puisque ce dernier n’est pas psychoactif, et donc procure peu voire pas d’effet secondaire indésirable. Mais il reste tout de même efficace pour certains troubles de l’humeur, comme la déprime hivernale par exemple.
Cependant, on ne sait pas si sur la dépression résistante face aux traitements, le CBD aurait un grand effet.

Dans tous les cas, ces deux produits ne sont pas des friandises et encore moins des médicaments, il est donc important d’en parler à ton médecin avant toute consommation. D’autant plus si tu souffres de dépression, ou tout autre pathologies du même type 🙂

[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]