Faut pas ecouter aku 

rêve et cannabis

THC et CBD, comment le cannabis influence-t-il nos rêves ?

Le sommeil est un besoin naturel et essentiel, que chacun.e comble plus ou moins et parfois avec l’aide d’un bedodo. Pendant que l’on dort, le corps traverse plusieurs phases de sommeil : on commence par le sommeil léger puis on rencontre le sommeil paradoxal pour finir sur un sommeil profond.

Le sommeil paradoxal, c’est le moment où notre esprit se met à rêver. Cependant, de nombreux consommateurs de cannabis trouvent que le cannabis a un effet soit inhibiteur, soit stimulant sur leurs rêves.

Du coup, tout ça nous mène à cette unique question : pourquoi et comment la weed peut-elle influer sur nos rêves ?

 

Comprendre comment fonctionne le sommeil

Avant d’aborder les rêves, il faut d’abord comprendre comment fonctionne le cycle du sommeil humain.

Chaque nuit (ou jour pour les ami.e.s vampires) le corps passe par quatre phases différentes de sommeil si l’on prend un cycle de sommeil complet. Chaque cycle comprend des phases de mouvements oculaires rapides (REM) et de mouvements oculaires non-rapides (NREM). Ces phases s’alternent entre 4 à 6 fois par nuit, mais au fur et à mesure qu’il s’endort, les phases NREM baissent et celles de REM augmentent.


Les phases de sommeil

Comme nous le disions ci-dessus, le sommeil se divise en plusieurs phases, à savoir le sommeil paradoxal (ou REM) et le sommeil SOL (sommeil à ondes lentes). La phase SOL peut être elle-même divisée en ces trois étapes :

S1 : Stade de l’endormissement, transition entre la veille et le sommeil.
S2 : Phase de sommeil de transition, elle se produit lorsqu’on passe d’un stade de sommeil (disons S3) au sommeil REM, par exemple.
S3 : Phase de sommeil profond, c’est l’étape réparatrice du sommeil à ondes lentes, à la fois mentalement et physiquement.


Pourquoi rêve-t-on ?

Le rêve, c’est une phase intéressante de la psychologie humaine et ce dernier fait toujours l’objet d’innombrables investigations, thèses et études scientifiques. Bien que de nombreuses recherches ont été menées sur le rêve, on peut s’accorder à dire que l’on ne comprend pas encore vraiment la signification des rêves, bien qu’il existe des théories (plus ou moins fumantes) sur ce sujet.

Ainsi, on pense que le rêve est un phénomène normal du sommeil, puisque notre cerveau reste fonctionnel, même pendant notre sommeil (et heureusement !) et on pourrait donc penser que les rêves sont simplement des sous-produits de l’activité cérébrale nocturne.

Mais les experts s’accordent à dire que le rêve a une fonction importante pour notre bien-être général. Dans un article écrit par le professeur de neuroscience Matthew Walker, ce dernier a souligné que le rêve serait une forme de guérison cathartique. Il affirme que le sommeil paradoxal, en particulier, aide à faire disparaître le “pincement douloureux” des moments traumatisants que nous vivons dans la journée.

Le sommeil paradoxal serait la seule période où notre cerveau n’est pas rempli de noradrénaline, une molécule qui déclenche l’anxiété, ce qui lui permettrait, dans cet état, de traiter à nouveau ces souvenirs pénibles plus calmement.


Le cannabis et les rêves

Une étude sur le sommeil et le cannabis a été menée, en 2019, sur 11 consommateurs  de cannabis (groupe 1) et huit non-consommateurs (groupe 2). Les deux groupes devaient dormir chez eux en portant des bandeaux d’acquisition du sommeil.

L’étude montre qu’en termes de qualité du sommeil, le groupe 1 a révélé une latence de sommeil plus longue et un temps de sommeil paradoxal amoindri. En revanche, ils n’ont montré aucune différence dans le rappel des rêves, mais ont rapporté une “plus grande bizarrerie” dans leurs rêves.

Cette étude est assez petite en terme de panel observé, mais elle permet de montrer que la consommation de cannabis pourrait supprimer les phases de sommeil paradoxal et donc influer sur les rêves.

Il semblerait que la molécule responsable de ces changements soit le THC, car il affecterait la latence du sommeil, ce qui veut dire qu’il influence le temps que la personne va mettre à s’endormir, ainsi que les fréquences des rêves.

Mais comment le THC arrive-t-il à influencer ces phases de sommeil ?

 

Weed et sommeil paradoxal

Le sommeil paradoxal est donc la phase de sommeil où les rêves émergent. Cette phase se produit environ après 90 minutes de sommeil. Elle peut facilement être identifiée, car on peut observer les yeux effectuer des mouvements rapides sous les paupière. C’est d’ailleurs pour cela que le sommeil paradoxal s’appelle également “sommeil à mouvement oculaires rapide“.

C’est durant la période de sommeil paradoxal que nous rêvons le plus, explique le Dr Hamburger.

“Pendant cette période paradoxale, vous faites la plupart de vos rêves. Habituellement, vous ne vous souvenez pas de vos rêves si vous continuez à dormir. La dernière phase de sommeil paradoxal juste avant le réveil est la plus longue et vous ne vous souviendrez des rêves que vous avez faits pendant cette période que si vous vous réveillez pendant ce moment. Si vous ne vous réveillez pas pendant la période paradoxale, vous ne vous souviendrez de rien.”

Plusieurs autres études ont été menées dans les mêmes dates, et ont donné des résultats similaires. Mais comme les échantillons sont en général assez mince, on ne peut affirmer l’influence qu’à le THC sur le sommeil. Une recherche de meilleure qualité utilisant des échantillons de plus grande taille et l’administration d’extraits à spectre complet accroîtrait la fiabilité de ces études.


Rêve-t-on à nouveau après avoir arrêté sa consommation de cannabis ?

De nombreux consommateurs réguliers de cannabis qui signalent une diminution de leurs rêves ressentent également une reprise de ces derniers lorsqu’ils s’abstiennent de consommer pendant un certain temps. Ce phénomène porte un nom, qui est “l’effet rebond.”

Malheureusement, ce type de phénomène n’a pas été suffisamment étudié par les chercheurs et chercheuses, donc nous n’avons pas réellement de conclusion sur ce phénomène.

Une étude de 1975 a révélé que la durée du sommeil paradoxal augmentait pendant le “sevrage” du cannabis. Après, savoir si cela est dû à des changements chimiques ou à une perturbation des habitudes de sommeil, c’est quelque chose qui reste à confirmer.

Il faut savoir que l’on se souvient de nos rêves uniquement si l’on se réveille au moment de la phase de sommeil paradoxal et uniquement à ce moment-là. Si le consommateur de marijuana ne se souvient pas de ses rêves, c’est sûrement parce qu’il ne se réveille pas à ce moment précis.

De plus, il est possible que le sevrage entraîne une perturbation du sommeil, ce qui augmente les chances qu’une personne se réveille durant cette phase. Et donc, par conclusion, qu’elle se souvienne donc de ses rêves.


Le CBD influe-t-il sur nos rêves ?

Jusque-là, nous avons exposé les effets plausibles que peut avoir le THC sur les rêves. Mais qu’en est-il de la deuxième superstar des cannabinoïdes, à savoir le CBD ?  A-t-il un impact quelconque sur notre sommeil, et donc sur nos rêves ?

Avant tout, saviez-vous que le CBD est un ingrédient couramment utilisé dans les compléments alimentaires qui aident au sommeil ?

Bien que l’on ne pense pas qu’il induise directement le sommeil, ses effets indirects favorisent potentiellement la préparation au sommeil. Le CBD permettrait de favoriser la relaxation, mais détient d’autres vertus, comme des effets anti-inflammatoires, anxiolytiques et neuroprotecteurs, qui font du cannabidiol un agent thérapeutique extrêmement populaire.

Les scientifiques ont exploré les différents effets bénéfiques du CBD sur le sommeil et une étude publiée dans “The Journal of Clinical Pharmacology” documente les effets du CBD sur les insomniaques.

Les sujets ont reçu une dose de 40 mg, 80 mg, 160 mg de CBD tandis que d’autres sujets ont reçu un placebo ou 5 mg de nitrazepam qui est un agent anxiolytique.

Les résultats montrent que les sujets ayant reçu 160 mg de CBD ont rapporté une augmentation significative de leur sommeil par rapport au placebo. En revanche, il est intéressant de noter que les trois doses de CBD ont été associées à beaucoup moins de souvenirs de leurs rêves par les sujets.

Mais, comme pour le THC, le CBD, s’il aide à dormir “mieux” et plus “profondément” empêcherait donc les réveils intempestifs pendant les phases de sommeil paradoxal, ce qui ferait diminuer les souvenirs de ces rêves.

Et vous, vous souvenez-vous régulièrement de vos rêves ou pas du tout ?

[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]