NEW ! Abonne-toi, paye moins, reçois plus... et tout ça dans ta boîte aux lettres !
NEW ! Abonne-toi, paye moins, reçois plus... et tout ça dans ta boîte aux lettres !
NEW ! Abonne-toi, paye moins, reçois plus... et tout ça dans ta boîte aux lettres !
NEW ! Abonne-toi, paye moins, reçois plus... et tout ça dans ta boîte aux lettres !

Mon panier ()

Kilogrammes CBD allumettes
Offert à partir de 20€ d'achat

Allumettes

Feuille slim non blanchi
Offert à partir de 35€ d'achat

32 Feuilles

Kilogrammes
Offert à partir de 50€ d'achat

Sablé

Kilogrammes
Offert à partir de 75€ d'achat

Bic Kilogrammes

filter tips by Kilogrammes
Offert à partir de 100€ d'achat

Filtres

Kilogrammes
Offert à partir de 120€ d'achat

Plateau

Kilogrammes Grinder.
Offert à partir de 150€ d'achat

Grinder

Fruitcake popcorn CBD
Offert à partir de 200€ d'achat

Fruitcake - 3.5G

Kosher Kush CBD
Offert à partir de 250€ d'achat

Kosher Kush - 3.5G

vaporisateur pour vape cbd
Offert à partir de 500€ d'achat

Cloud Machine

The Puffer bY Kilogrammes
Offert à partir de 750€ d'achat

Puffer

Éviter un test de dépistage positif cannabis THC

Publié le

Mis à jour le

Comment débarrasser votre organisme du THC ?

Bien que le cannabis soit autorisé dans certains pays du monde, ce n’est pas encore le cas en France. Et les dépistages sont rarement des moments de fun, surtout si vous êtes un consommateur de cannabis. C’est pourquoi Kilogrammes vous propose quelques astuces pour vous aider à vous débarrasser du THC qui se trouve dans votre corps.

Combien de temps le cannabis reste-t-il dans le corps ?

Plusieurs facteurs, qu’ils soient internes ou externes, peuvent influer sur la durée que met le THC a disparaître de votre organisme.

De prime abord, il faut savoir que le THC est généralement détectable dans les fluides comme l’urine et la salive à partir du premier jour de consommation, et jusqu’à 30 jours après votre dernière consommation.

Mais il peut également être détecté dans vos cheveux, et ce, même après plusieurs mois sans avoir consommer de cannabis.

Retraçons ensemble le parcours qu’effectue le THC dans notre corps. Tout d’abord, il est consommé, et va dans le système sanguin, ensuite il est métabolisé dans le foie, où il y est décomposé en près de 80 métabolites. Une fois que le THC est décomposé, il va pouvoir être éliminé petit à petit de votre système.

Cependant, bon nombre de ces composés restent encore dans votre système alors que le THC lui-même aura disparu. C’est pourquoi certains tests de dépistages sont conçus de façon à détecter des métabolites spécifiques, comme l’acide 11-nor-9-carboxy-THC que l’on écrit aussi sous cette forme : THC-COOH.

 

Les facteurs influençant la durée de séjour du cannabis dans le corps

La teneur en THC du cannabis

Il faut tout d’abord noter l’existence d’une grande diversité de variétés de cannabis, chacune présentant des caractéristiques uniques en termes de composition chimique.

En effet, certaines de ces variétés affichent des niveaux de THC particulièrement élevés, pouvant atteindre jusqu’à 30%.

Cette concentration élevée de tétrahydrocannabinol, principal composé psychoactif du cannabis, peut avoir des implications significatives sur la durée de séjour de la substance dans l’organisme.

Il est important de comprendre que le taux de THC présent dans une fleur de cannabis influence directement sa rémanence dans le corps humain, ainsi que celle de ses métabolites.

En d’autres termes, plus le niveau de THC est élevé, plus longtemps la substance et ses dérivés métaboliques peuvent persister dans le système biologique.

La génétique, un des facteurs intrinsèques

Les gènes contenus dans chaque individu vont jouer un rôle dans la rapidité de décomposition des cannabinoïdes, que ce soit le THC, le CBD, le CBG, etc.

Ce sont les enzymes cytochrome P450 du foie qui jouent le rôle de décomposeur de cannabinoïde, dont le THC fait partie. Cependant, au vu de la variabilité de nos gènes , cette enzyme travaille à différents intensités chez différentes individus. Ainsi, certaines personnes seront capables de métaboliser le THC plus vite que d’autres.

La quantité de cannabis consommée

La quantité de cannabis consommée joue un rôle crucial dans la durée de séjour du THC dans le corps.

Les individus qui consomment des quantités importantes de cannabis ont tendance à accumuler des niveaux plus élevés de THC dans leur système.

Cette accumulation peut prolonger la période pendant laquelle le THC est détectable dans l’organisme, car le corps nécessite plus de temps pour métaboliser et éliminer une quantité plus importante de la substance.

De plus, des doses élevées de THC peuvent également entraîner une saturation des voies métaboliques, ce qui signifie que le corps peut avoir du mal à éliminer efficacement le THC, prolongeant ainsi sa durée de séjour dans le corps.

La méthode de consommation du cannabis

La méthode par laquelle le cannabis est consommé peut également influencer la durée de séjour du THC dans le corps.

Les différentes voies d’administration du cannabis, telles que l’inhalation, l’ingestion orale, ou l’application topique, ont des effets variables sur la manière dont le THC est absorbé, métabolisé et éliminé par l’organisme.

Par exemple, lorsque le cannabis est inhalé sous forme de fumée ou de vapeur, le THC est rapidement absorbé par les poumons et pénètre rapidement dans la circulation sanguine, entraînant des effets plus immédiats mais une durée de détection relativement courte.

En revanche, lorsque le cannabis est ingéré, par exemple sous forme d’aliments comestibles, le THC doit passer par le tractus gastro-intestinal avant d’être absorbé dans le sang, ce qui peut entraîner une absorption plus lente mais une durée de séjour prolongée dans le corps.

De même, les produits topiques contenant du THC peuvent avoir des effets locaux sans entraîner de détection systémique significative.

 

Temps d'élimination du cannabis THC

La composition génétique individuelle

Les caractéristiques génétiques de chaque individu jouent un rôle crucial dans la manière dont leur corps métabolise le THC et d’autres composés du cannabis.

Des études ont montré qu’il existe des variations génétiques qui influencent l’activité des enzymes responsables de la dégradation du THC, telles que les cytochromes P450 dans le foie.

Ces variations génétiques peuvent affecter la vitesse à laquelle le THC est métabolisé et éliminé du corps.

Par exemple, certaines personnes peuvent avoir des variations génétiques qui accélèrent le métabolisme du THC, ce qui entraîne une détection plus courte dans le corps, tandis que d’autres peuvent avoir des variations qui ralentissent ce processus, prolongeant ainsi la période pendant laquelle le THC reste détectable.

Le métabolisme personnel

Chaque individu possède un métabolisme unique, qui détermine la vitesse à laquelle son corps décompose et élimine les substances telles que le THC.

Des différences dans le métabolisme basal et la capacité de métabolisation des enzymes hépatiques peuvent influencer la durée de séjour du THC dans le corps.

Par exemple, certaines personnes ont un métabolisme plus rapide, ce qui leur permet de métaboliser et d’éliminer le THC plus rapidement que d’autres.

En revanche, d’autres peuvent avoir un métabolisme plus lent, ce qui prolonge la période pendant laquelle le THC reste détectable dans leur organisme.

Des facteurs tels que l’âge, le niveau d’activité physique et l’état de santé général peuvent également influencer le métabolisme personnel et, par conséquent, la durée de séjour du THC dans le corps.

La masse corporelle et le taux de graisse corporel

La répartition des tissus adipeux dans le corps peut également jouer un rôle significatif dans la durée de séjour du THC.

Cela est dû au fait que le THC stocké dans les tissus adipeux est libéré lentement dans la circulation sanguine au fil du temps, prolongeant ainsi sa présence détectable.

Ainsi, les individus avec une masse corporelle et un pourcentage de graisse corporelle plus élevées peuvent avoir une durée de détection prolongée du THC dans leur organisme.

C’est l’une des raisons qui pourrait expliquer pourquoi les femmes ont tendance à éliminer le THC moins vite que les hommes, car elles possèdent plus de masse graisseuse que ces derniers, et donc métabolisent les cannabinoïdes plus lentement.

L’âge

L’âge d’une personne peut également avoir un impact sur la durée de séjour du THC dans le corps.

Des études ont montré que la vitesse de métabolisation du THC peut varier en fonction de l’âge, avec des effets potentiels sur la durée de détection de la substance.

En général, les jeunes ont tendance à métaboliser le THC plus rapidement que les personnes plus âgées, ce qui peut entraîner une élimination plus rapide de la substance de leur organisme.

Cependant, des facteurs tels que le mode de vie, les habitudes de consommation de cannabis et l’état de santé général peuvent également influencer la façon dont le THC est métabolisé à différents âges.

Les conditions médicales sous-jacentes

Certaines conditions médicales peuvent affecter la métabolisation et l’élimination du THC dans le corps.

Par exemple, des troubles hépatiques ou rénaux peuvent altérer les processus métaboliques impliqués dans la dégradation du THC, prolongeant ainsi sa durée de séjour dans l’organisme.

De même, des troubles métaboliques tels que le diabète peuvent influencer la façon dont le THC est traité par le corps. De plus, l’utilisation de certains médicaments peut interagir avec le métabolisme du THC, modifiant ainsi sa durée de détection dans le corps.

Le type de test de dépistage et sa sensibilité

Il existe 4 types de tests de dépistage : urinaire, capillaire, salivaire, sanguin.Et chacun possède, ce que l’on appelle une fenêtre de détection différentes.

Ce qui veut dire que la sensibilité du test fait référence au seuil de concentration du THC et/ou de ses métabolites au-dessus duquel, un test est considéré comme positif. Or, plus le test est sensible, plus la fenêtre de détection s’agrandit.

Le test urinaire

Le temps pendant lequel le THC est détecté par un test urinaire varie en fonction du niveau de consommation de cannabis.

Pour un fumeur occasionnel, le THC peut rester détectable dans l’urine pendant environ 1 à 3 jours après la dernière consommation.

En revanche, pour un fumeur régulier, le THC peut être détecté pendant une période plus longue, généralement entre 5 et 7 jours après la dernière utilisation.

Pour les fumeurs chroniques, qui consomment du cannabis de manière fréquente et à des doses plus élevées, le THC peut rester détectable dans l’urine pendant plusieurs semaines, voire plus d’un mois après la dernière consommation.

Le test salivaire

Les durées de détection sont sensiblement les mêmes en ce qui concerne les tests salivaires : entre 1 et 3 jours pour un fumeur occasionnel, et plusieurs semaines pour un fumeur régulier.

Le test sanguin

Ce type de test mesure directement la concentration de THC et de ses métabolites dans le sang.

Pour un fumeur occasionnel, le THC peut être détecté dans le sang pendant environ 1 à 3 jours après la dernière consommation.

Pour un fumeur régulier, la période de détection peut s’étendre jusqu’à une semaine après la dernière utilisation.

En revanche, pour les fumeurs chroniques, le THC peut être détecté dans le sang pendant plusieurs semaines, voire plus d’un mois après la dernière consommation, en fonction de la fréquence et de la quantité de cannabis consommée.

Ces délais peuvent varier en fonction de facteurs individuels tels que le métabolisme, la composition corporelle et d’autres variables spécifiques à chaque personne.

Le test capillaire

Les tests capillaires sont une méthode de dépistage du THC qui implique l’analyse d’un échantillon de cheveux pour détecter la présence de traces de cannabis.

Ces tests peuvent fournir des informations sur la consommation de cannabis sur une période prolongée, généralement jusqu’à trois mois après la dernière utilisation.

Pour un fumeur occasionnel, le THC peut être détecté dans les cheveux pendant une période relativement courte, généralement jusqu’à environ 7 à 10 jours après la dernière consommation.

En revanche, pour les fumeurs réguliers ou chroniques, le THC peut être détecté dans les cheveux pendant une période beaucoup plus longue, pouvant aller jusqu’à plusieurs semaines après la dernière utilisation.

Comment éliminer le THC de son corps avant un test de dépistage ?

Si vous êtes consommateur/consommatrice de cannabis, et que vous devez subir un dépistage, pas de crainte ! L’équipe Kilogrammes vous dévoile ses secrets pour vous aider à éliminer le THC ou le CBD de votre organisme rapidement :

1. Arrêter de consommer du cannabis

Alors certes, cela paraît évident mais la première chose à faire si vous devez subir un dépistage c’est d’arrêter complètement d’en consommer.

L’idée ici est d’éliminer autant que possible toute trace de THC et/ou de ses métabolites. Ainsi, plus longtemps vous tiendrez sans consommer de cannabis, et plus vous aurez de chance d’être négatif sur le test.

Il n’existe pas de durée minimum pour éliminer le THC, cela dépendra de la fréquence et de la quantité de cannabis que vous consommez.

2. Bien s’hydrater

Pour nettoyer son système, rien ne vaut une bonne hydratation, et elle passe par l’absorption d’eau.

Bien évidemment, l’eau n’est pas miraculeuse, même si c’est de l’eau de Lourde, et ne supprimera pas toute trace de cannabis dans votre corps, mais elle pourrait s’avérer très utile en cas de test urinaire.

En effet, en buvant de l’eau, il vous faudra aller uriner, car le corps fait attention à respecter l’équilibre osmotique , c’est -à-dire qu’il régule la quantité d’eau présente dans votre corps en fonction de celle qui en sort et qui en rentre. Si vous ingérez de l’eau, il va falloir que votre organisme en élimine afin de conserver cet équilibre.

Pour vous aider à nettoyer votre système, allez uriner autant que possible 24 à 48 heures avant le test et surtout hydratez-vous bien le jour même du test.

Il faut cependant faire attention à ne pas trop en boire, car si le test urinaire est beaucoup trop “dilué”, cela pourrait alors éveiller les soupçons, et donc vous contraindre à passer un nouveau test, et pas forcément urinaire…

3. Faire une cure de zinc

D’après une étude, sortie en 2011, on a découvert que le zinc était un adultérant urinaire efficace qui aurait le potentiel de produire un résultat de test faussement négatif.

Ainsi, la consommation orale de compléments de zinc pris juste après une consommation occasionnelle de cannabis pourrait interférer avec la détection des métabolites THC dans l’urine. L’efficacité du zinc devrait durer entre 12 et 18H.

Ce qui est pratique avec cette méthode, c’est que vous pouvez trouver du zinc un peu partout dans les pharmacies et les boutiques bio, sans pour autant avoir besoin d’une quelconque ordonnance.

Pensez à aller faire un tour du côté du rayon vitamines si vous devez faire un test de dépistage de cannabis.

Cependant, pensez à demander l’avis de votre médecin et/ou pharmacien.ne si vous suivez en parallèle un autre traitement.

De plus, cette méthode fonctionne mieux  sur les consommations occasionnelles que sur les régulières.

4. Utiliser du charbon actif

Une autre méthode pour préparer votre corps à un dépistage est le charbon actif.

Utilisé comme médicament il y a de cela plusieurs années, il est toujours utilisé pour éliminer certaines molécules du corps, et est également utilisé pour gérer les surdoses de médicaments.

En effet, ce dernier se lie à différentes substances et aide le corps à s’en débarrasser, et cela grâce à sa charge électrique négative qui lui permet de se lier aux molécules chargées positivement.

Et évidemment, ce processus de liaison fonctionne avec les métabolites THC.

En effet, saviez-vous que les métabolites circulent à travers votre système via un processus appelé « recirculation entéro-hépatique » ?

Elles se déplacent du sang, puis ensuite vers le foie, pour arriver dans les intestins avant d’être absorbées de nouveau dans le système sanguin, et le cycle recommence à nouveau.

La seule différence dans ce nouveau cycle, c’est qu’une portion des métabolites est alors évacuée comme déchets, et cela, à chaque nouveau cycle.

Le charbon a alors pour rôle d’emprisonner les métabolites avant qu’ils finissent leur cycle, et donc de les éliminer plus rapidement.

Conclusion

Pour conclure, il n’existe pas de méthode parfaite pour éliminer rapidement le THC de votre système.

En effet, puisqu’il y a trop de variables qui entrent en compte, ces techniques peuvent vous aider dans l’élimination du THC, mais aucune n’a encore prouvé leur efficacité.

En revanche, une chose est sûre, c’est que les méthodes ci-dessus peuvent aider à accélérer le processus. Donc à vous de gérer votre consommation afin de passer les tests de dépistages sans encombre !

Pour cela, nous vous conseillons de vous diriger vers le CBD, qui n’entraîne pas de tests positifs, mais qui possède des bienfaits qui pourront agir sur le corps et l’esprit !

 

Visitez le site